Quel mois de novembre ! Après avoir passé octobre à mettre le pied à l’étrier dans l’univers Agile, j’ai eu l’occasion de passer la seconde en découvrant les débuts d’un mandat chez un nouveau client, et de passer ma première certification Scrum PSM 1. J’espère que cet article vous plaira. Bonne lecture ! 🙂

Un nouveau client, hors IT

Contexte

Chez Naquada, nous avons la conviction que l’Agilité va, et doit se développer y compris dans les sociétés qui n’ont pas l’informatique comme coeur de métier. C’est d’ailleurs en ce sens que nous avons rédigé notre premier article de la série « L’Agilité ne se limite pas aux IT ! ».

C’est donc avec joie que nous avons étés choisis par un société industrielle Lausannoise, implantée dans le monde entier, pour les accompagner dans leur ambitieux projet de déménagement de plusieurs sites en Europe.

L’idée étant de pouvoir apporter plus de visibilité aux différents sites, implantés en Europe, en ce qui concerne les protocoles mis en place dans le premier site à être déménagé. Celui-ci sert en quelques sortes de modèle qui sera répliqué par la suite aux autres localisations.

Il s’agit là d’un projet ambitieux pour notre client, et par effet miroir c’est également un mandat complexe pour nous, dans le sens où un grand nombre de collaborateurs partagent une variété de responsabilités. Aussi, l’organisation toute entière passe doucement à l’Agile, cela implique que certains salariés ont des habitudes peu compatibles avec ce nouveau mode de fonctionnement. Enfin, il n’y a pas encore d’outil véritablement central, permettant de rassembler l’information pertinente au même endroit, sur laquelle les différents acteurs du projet pourront se baser pour prendre des décisions.

Prenant en compte ces différents paramètres, il a été complexe de savoir par où commencer. D’autant plus que nous devons rester focus sur la partie Business, et que notre mandat concerne une mission précise. Il y a donc également une dimension de temps qui s’ajoute aux réflexions, ainsi qu’une segmentation en deux des activités de ce projet (IT/Business).

Mon rôle jusque présent

En tant qu’apprenti Scrum Master et enthousiaste de l’Agilité, il est extrêmement formateur pour moi d’accompagner David aux différents rendez-vous avec le client. Car son expérience lui permet de conceptualiser la problématique, et de trouver différents axes de réflexion pour aller vers la résolution des problèmes identifiés. Dans mon cas, j’apprend de ces réflexions, qui marient état d’esprit, culture d’entreprise, outils, comportements individuels, segmentation par département ou encore langues parlées des parties prenantes.

Enfin, je dois dire que nos personnes de contact chez le client, pour ce projet, sont à la fois très motivées et ont une envie débordante de produire du travail de qualité. Vu la complexité du projet, cela rend bien évidemment plus agréable les différentes séances que nous avons tous ensemble 🙂 .

Certification PSM 1

Logo PSM 1

Dès mon premier jour chez Naquada, nous avons définis un ensemble d’objectifs et résultats clés (OKR pour Objective & Key Results) sur lesquels je devrais rester focus pour les 3 mois à venir. Malgré les différentes tâches que comporte mon travail chez Naquada, cela me permet d’avoir un fil directeur dans mon apprentissage à la fois de l’Agilité, mais aussi et surtout du cadre Scrum, pour lequel je cherche à atteindre un haut niveau de compétences.

L’un des résultats clés est d’obtenir plusieurs certifications Agile. Dans le cadre d’une formation donnée par David, suivie peu avant mon entrée dans la société, j’ai pu en obtenir une qui s’appelle « Facilitateur d’équipe Agile (ICP-ATF)« . Au passage, jetez un oeil à notre calendrier de formation, vous pourriez vous inscrire à la prochaine date 😉 .

La deuxième certification que je souhaitait obtenir, en lien avec mon nouveau métier, était la PSM 1 de Scrum.org. PSM signifie Professional Scrum Master, et le chiffre 1 signifie le premier niveau de certification (il y en a 3 en tout). Cette certification permet de rendre compte d’un niveau avancé de connaissances théoriques concernant le cadre Scrum.

Préparation à la certification

Pour me préparer au mieux à cette certification, réputée assez complexe à obtenir, car il faut 80% de bonnes réponses, j’ai fait un mix entre les recommandations de mon mentor, et des préconisations de divers articles de blog chinés sur Internet.

Ainsi, je vous propose ma méthode de préparation. Vous pouvez la suivre à la lettre, ou bien vous en inspirer pour créer votre propre plan d’apprentissage. Notez que j’ai démarré avec un niveau débutant, vous pourriez ne pas avoir besoin d’autant d’étapes que moi.

Avant de commencer, prenez en compte qu’une bonne compréhension de l’anglais vous aidera énormément. Néanmoins, des candidats à l’examen réussissent en se formant grâce à des ressources disponibles en français, et en utilisant l’outil de traduction Google pour les questions posées. Dans la méthode que je vous propose, j’utilise des ressources disponibles parfois en anglais, parfois en français.

Enfin, vous pouvez décider de démarrer par une formation, qui vous amènera de solides bases de connaissances, que vous pourrez compléter par un peu de lecture, en vue de passer l’examen. En ce sens, jetez un oeil à notre catalogue de formation, qui inclus des formations Scrum master ! J’en ai suivi une pour être certain d’être prêt.

Étape 1 : Découvrir l’état d’esprit Agile

Scrum est un cadre de travail qui répond aux préconisations du manifeste Agile. Ainsi, avant même de chercher à apprendre Scrum, il est selon moi essentiel de savoir ce qu’est l’Agilité. En effet, n’ayant jamais intégré d’équipes Agiles, c’est tout une nouvelle manière de travailler et de collaborer que j’ai du découvrir et appréhender. Sortir des habitudes de l’ancien monde, où la négociation contractuelle et les rapports hiérarchiques font foi (entre autres) peut être déconcertant au début.

Ainsi, je vous recommande de vous former à l’Agilité, dans sa globalité. Vous n’avez pas besoin d’atteindre un certain niveau de maturité pour passer à la deuxième étape, mais je pense qu’il est important de connaître les principes de base de l’Agilité. De nombreuses ressources sont disponibles sur Internet, mais les indispensables sont :

Comprenez qu’il y a des centaines d’articles et ressources intéressantes pour découvrir ce qu’est l’Agilité. Acceptez l’idée que vous ne pourrez pas tout savoir, ni en quelques temps, ni dans une vie entière. C’est un état d’esprit qui oblige à apprendre en permanence.

Étape 2 : Apprendre et comprendre Scrum

La base de Scrum, c’est le Scrum Guide (version PDF en français ici). C’est le document qui explique toute la théorie de Scrum : le fonctionnement, les rôles, les règles, les cérémonies etc… Vous devriez connaître par coeur les différentes notions présentées dans ce document avant d’aller plus loin. Aussi, gardez en tête que Scrum est un cadre de travail, pas une méthode, succinctement cela veux dire que le guide ne vous fournira pas clairement les outils à utiliser pour faire du Scrum, mais plutôt les règles et pratiques pour arriver à un résultat cohérent avec le cadre.

Puis, profitez de la littérature proposée par Scrum.org :

Étape 3 : Assurer aux open assessment

Vous trouverez la possibilité de passer des tests gratuits sur le site de l’organisme à cette adresse. Cela vous permettra de vous familiariser avec l’examen, et le type de questions qui sont posées.

Prenez garde à la tournure des phrases, il faut parfois sélectionner la meilleure option, bien que d’autres soient valides, ou bien choisir qui doit être présent à telle ou telle cérémonie, à ne pas confondre avec pourrais. Les réponses ne sont pas les mêmes… 😉

Notez également que durant l’examen officiel, vous aurez droit à quelques questions directement tirées de l’open assessment. Pour l’avoir passé, je vous garanti que pouvoir répondre en quelques secondes à une question n’est pas du luxe, étant donné la réflexion nécessaire pour certaines questions.

Lorsque vous réussirez à atteindre un score de 100% de bonnes réponses, quatre fois de suite, vous pourrez passer à l’étape suivante. Non obligatoire selon moi, mais qui peu beaucoup aider : passer l’open assessment de Product Owner.

Étape 4 : l’examen

Le grand jour est arrivé, vous vous sentez prêts à décrocher votre PSM 1 ! Inscrivez vous sur scrum.org, complétez les détails de votre profil, puis achetez votre droit de passage à l’examen. Celui-ci coute 150 $ (fin 2021), c’est une raison supplémentaire pour bien s’y préparer et évite de gaspiller son argent. Toutefois, notez que vous pourriez repasser l’examen immédiatement en cas d’échec, mais vous devriez repasser à la caisse.

Détendez-vous, mettez votre téléphone en mode ne pas déranger, assurez-vous d’avoir de la batterie sur votre ordinateur, d’être dans un endroit au calme, avec une connexion Internet stable, et d’avoir une heure devant vous, tranquille.

Mon dernier conseil, c’est de ne pas perdre trop de temps sur une question qui vous bloque. Cochez la réponse qui vous semble la plus pertinente, et bookmarquez la question, vous pourrez ainsi y revenir plus tard et adapter la réponse en fonction du temps qu’il vous restera. Ne vos faites pas avoir pas le chronomètre, le passe passe très vite !

Lancez l’examen et déchirez tout ! 🙂

Une fois la certification décrochée, vous pourrez fièrement l’afficher sur votre compte Scrum.org et sur les réseaux sociaux professionnels.

Getting things done

Livre « S’organiser pour réussir »

Pour terminer cet article, je souhaitait vous parler de la méthode GTD, pour Getting Things Done, par David Allen. David m’a offert ce livre à mon entrée chez Naquada, et ça m’a énormément aidé dans mon organisation au quotidien.

Vous pouvez découvrir la méthode en accès libre sur Internet mais le livre va beaucoup plus dans le détail, en apportant des éléments de contexte, ou des exemples.


C’est ainsi que se termine ce deuxième article sur mes aventures d’apprenti Scrum Master. Retrouvez mon premier article, où je me présente, ou bien le « hors série » sur ma première rétrospective en tant que facilitateur 🙂